Ne pas confondre AIMER L’HARMONIE avec CRAINDRE LE CONFLIT

Classé dans : Confusions sémantiques | 0

Ceci est une expérience personnelle d’accompagnement :

Un jour au cours d’un petit-déjeuner sur le thème de « Qu’est ce que le coaching ? » que j’organisais pour des responsables d’entreprise, j’ai observé un des participants qui acquiesçait avec enthousiasme à de nombreuses idées que j’exprimais à l’assistance. À l’heure du déjeuner, les autres participants m’ont salué et sont repartis un à un. Sur le pas de la porte, cette personne me propose de m’inviter à déjeuner si je suis disponible. J’accepte avec plaisir et nous nous retrouvons ainsi au restaurant.

À peine le repas commandé, cet homme élégant d’une quarantaine d’année avec un costume bien taillé, une pochette discrète sur le coeur, apparemment exerçant un poste à haute responsabilité en entreprise me dit : « Vous voyez malgré tout ça (il me montre son apparence) ça ne va pas du tout ! ». « Ah bon ? » fis-je. Et lui de continuer : « Oui, j’ai un salaire en or, un poste qui en jette sur le papier mais je suis dans un placard. Après la fusion avec un plus gros groupe que le nôtre, ma fonction a été reprise par celui d’en face qui occupait la même. Aujourd’hui j’ai toujours les mêmes avantages salariaux, mais moi qui avait l’habitude de driver des grands projets logistiques créatifs avec des centaines de collaborateurs, je me retrouve à meubler mon temps comme un stagiaire ». Puis il prend une pause et rajoute : « De toute façon, je suis un affectif et j’ai peur du conflit ! ».

En plaisantant pour dédramatiser je lui dis : « ça ! … ça sort d’un test psychologique ! non !? ». « Oui en quelque sorte. J’ai fait un bilan de compétence et c’est ce qui est ressorti. Mais c’est tout moi de toute façon ! » Et moi d’interroger : « De toute façon !? »
Je poursuis sur un ton quelque peu énigmatique et espiègle (me rappelant avoir noté son attitude enthousiasmée face à certaines idées développées le matin) : « C’est drôle pour vous, je ne dirais pas ça ! » . Et lui interloqué, constatant que nous nous connaissions à peine,  un peu sur ses gardes il répond du tac au tac : « Et que diriez-vous ? ».

Je poursuis : « Je ne dirais pas que vous avez peur du conflit mais plutôt que vous aimez l’harmonie ! ». Il me regarde pensif : « C’est vrai ce que vous dites. Ce mot me parle, je ne l’emploie pas souvent mais ça résonne bien en moi. Mais finalement c’est la même chose, non !? » J’enchaîne sur mon avantage : « C’est totalement différent. Si dans une réunion la situation est tendue et que vous vous dites intérieurement que vous avez peur du conflit, cela n’a rien à voir avec le fait de se dire : « j’aime l’harmonie, qu’est ce que je peux faire pour la rétablir ici ? ». Il a alors été profondément troublé car cela devait remémorer des expériences vécues dans cette tonalité non reconnue. Alors ayant besoin intuitivement de temps pour lui afin d’intégrer cette prise de conscience, nous avons terminé le repas en parlant d’autres choses moins impliquantes. Puis nous nous sommes quittés.

Trois semaines après, il m’a appelé en me disant : « Vous savez, je ne suis plus le même homme depuis ce que vous m’avez dit l’autre jour ! » . « Ah bon ? expliquez-moi ça ! ». « Déjà en vous quittant j’avais envie d’une réunion un peu chaude pour tester le concept !? C’est la première fois que ça m’arrive de vouloir un conflit. Je n’ai pas été déçu ! La première réunion venue était bien tendue. Alors je me suis dit « j’aime l’harmonie ! … que faire pour la rétablir ? » Spontanément j’ai dédramatisé avec de l’humour et peu à peu tout est rentré dans l’ordre. Réunion suivante… même topo ! Finalement pour prévenir plutôt que guérir je fais de l’humour dès le début et ça marche ! … si bien que les collègues et ma femme m’ont fait remarquer le plaisir que c’était d’être en ma présence ! ».

Pour conclure cette petite histoire vécue je dois vous dire que cet homme plein de ressources, suite à quelques sessions de coaching de Vie ensemble, s’est découvert une vocation de coach. Il s’est formé, a quitté sa multinationale (qui n’était pas la sienne !) et est finalement devenu un coach réputé. Après une période de rejet du monde du business as usual dans la première période de lancement de ses activités, il a ensuite décidé d’accompagner notamment, des dirigeants de grandes entreprises à devenir Eux-mêmes, pour un cabinet RH parisien.

 

Laurent B.

blog

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *