Contexte : Lors des évènements du Printemps Arabe, une mère de famille seule avec ses enfants et femme d’affaire française, a dû quitter son lieu de vie confortable et calme au bord la mer en Tunisie. Elle est revenue de manière improvisée, vivre confinée dans un appartement parisien avec ses… 6 chats, si habitués à l’air du large. Rapidement après son retour l’une des chattes a disparue. Deux ans après, la maîtresse ne s’étant jamais vraiment remise de la disparition de son animal si intensément présent dans sa vie, a demandé une communication à Anne-Soline …

.

La communication :

Question préalable la maîtresse : Pourquoi as-tu disparue ?

« Je ne suis plus ce monde.

La vie parisienne était au-dessus de mes forces. Je ne parvenais pas à me recharger suffisamment pour accomplir ma mission.

Tout était programmé ainsi. Pas de regrets.
Beaucoup d’autres chats entourent ma maîtresse qui en a bien besoin. Elle est protégée par le Ciel qui mise beaucoup sur elle, sur sa force et sa bonté intérieures.
Rien ne peut la vaincre.

Dans ces milieux urbains, surchargés d’ondes, je ne pouvais tenir. L’ambiance électrique ne me convenait pas (ambiance technologique et psychique).

Je suis une chatte d’une grande finesse. Ce monde n’était pas le mien. C’était mon choix de partir ainsi. Je me suis dissoute, évaporée.

Je suis d’une grande légèreté, à l’image de ce que ma maîtresse souhaite retrouver : aussi bien dans son corps physique que psychique…

Que de lourdeurs environnantes, tellement à l’opposé d’elle-même !
Il faut apprendre à slalomer dans ce monde enfermé, sans se dissocier de sa légèreté.
Moi, j’étais, j’ai été comme un feu follet dans la vie de Sophie. J’ai montré une direction et je me suis évanouie. Sophie a besoin de se reconnecter à la Nature et à sa nature.
Quelle finesse intérieure !

Elle porte l’énergie des fées… une énergie fine, légère et très vibrante.
Le mouvement est important pour elle. Rien ne la touche plus que l’immobilisme, il faut qu’il se passe quelque chose, mais pas n’importe quoi : le coeur doit vibrer à l’unisson des autres.

Qu’elle se connecte à la vibration élevée de l’abeille, liée au Soleil !

La Vie l’a alourdie pour ne pas qu’elle s’envole. Mais son énergie primordiale n’est pas loin.

Être douce avec elle-même.

Une énergie de cette finesse ne se capte pas facilement, le monde ne la voit pas car tellement subtile et discrète. Mais les choses changent… Le temps est venu.

Elle est une pièce maîtresse dans cet échiquier. Cette finesse se retrouve avant tout dans le cœur. Mettre un baume d’amour et de douceur sur ce cœur.

Je suis toujours en elle et j’incarne dans mes vibrations cette grande finesse.»

Communication réalisée par Anne-Soline.

Blog

Communication suivante ->

Laissez un commentaire